Bon, US open oblige, nous ne pouvions pas manquer de vous faire un petit retour sur le joyeux vocabulaire tennistique du Québec.

C'est très ludique, très parlant, très francisant....

Alors si vous voulez connaître le parler tennis au Québec et vous amuser en écoutant RDS diffuser les matchs de tennis c'est par là...

Juste pour le plaisir...

Un break se dit un 'bris'....quand 2 joueurs sont poussés au tie-break (6-6) ils jouent un 'bris d'égalité'.

Un bon espagnol sur terre battue ne lifte pas la balle mais la "brosse"...Quelques extraits....

"Premier exemple, le bris. Facile à saisir, mais surprenant à la première écoute. C’est le pendant francisé du break, qui a donné naissance à nombre d’autres mots, anglicismes hybrides commedébreak et son classique : Richard Gasquet s’est fait débreaker (sans rancune, hein). Au Québec, le bris se décline lui aussi en d’autres dérivés, comme la balle de bris, le verbe briser (il l’a brisé dans la seconde manche) ou encore le tie break, appelé ici le bris d’égalité (une petite pépite, celui-ci). Si vous tendez l’oreille, lorsqu’un joueur ou une joueuse se fera défaire son bris (débreaker), vous pourrez entendre Yvan Ponton, le commentateur vedette du Réseau des Sports, déclamer son légendaire : « Bris contre bris, les pendules sont à l’heure ».

Oubliez également les aces : au Québec, ils deviennent des as. Lorsqu’ils s’accumulent, comme lors d’un match de l’idole locale, Milos Raonic, on peut même entendre parler d’un feu roulant d’as (vous suivez toujours ?). Les tenues des joueurs ne dérogent pas au folklore. Entre deux services, les commentateurs peuvent prendre le temps d’analyser le style d’un tennisman. L’occasion de découvrir que le short à carreaux désormais mythique de Stan Wawrinka – qui lui a porté-bonheur à Roland-Garros cette année – est qualifié de short carotté de ce côté-là de l’Atlantique."

http://lmn.tenniscanada.com/fr/get-connected/tennis-glossary 

http://www.rds.ca/vid%C3%A9os/tennis/sharapova-a-excell%C3%A9-en-retour-et-au-service-3.1113854