Tigidou!

Bonne nouvelle en ce début de semaine!

Notre déménagement, venant par voie maritime d'Anvers vers Montréal, par conteneur et en groupage, est arrivé!

S'en suivent les procédures pour faire dédouaner ses affaires: tout d'abord il faut recevoir le manifeste de transport rempli par le transport, contenant l'identification de nos marchandises (numéro de suivi), ID du conteneur, poids, origine, etc. Une fois reçue, nous devons tout d'abord nous acquitter des droits d'acises sur les alcools puisqu'au Québec seule la Société des Alcools du Québec a le droit d'importer des alcools. Nous lui transférons nos 'droits' sur nos presque 100 bouteilles et devons payer les taxes sur les alcools. Une fois cette autorisation obtenue, nous devons nous rendre à Douane Canada, dans un magnifique bâtiment au centre de la vieille ville de Montréal (400 place d'Youville) pour y faire déclaration: de la liste des objets importés, de leur valeur, de leur destination, en attestant de l'autorisation d'importation des alcools et du transporteur ayant pris en charge nos marchandises.

Et bien sûr de payer les frais d'entreposage en entrepôt sous douane, de régler certaines taxes fédérales. Au total près de 300 euros de taxes sur les alcools et 200 euros de frais d'importation.

Les marchandises sont stockées près de l'aéroport et seront livrées dés demain! Les enfants ont hâte de retrouver leurs jouets, nous de retrouver du matériel (cuisine, bricolage, sport, audio, livres...) et de se sentir un peu plus encore chez nous ici. A suivre!

Sinon depuis notre retour sur Montréal, nous nous sommes aussi lancés dans les préparatifs de rentrée pour les enfants: Elisa a commencé en CPE (centre de la petite enfance) ou l'on constate que très tôt, un vrai programme éducatif et pédagogique est établi en accord avec le gouvernement et que tout leur emploi du temps est savamment étudié pour favoriser le développement de l'enfant selon sa classe d'âge. Un suivi quotidien est fait dans un cahier par les éducateurs et tout ce qui n'entre pas dans le domaine de responsabilité du CPE doit être précisément détaillé dans un protocole (type le bouton de gastrostomie, le fait de donner une eau enrichie, etc.). 

En parallèle nous sommes entrés dans le monde de la consommation version US: nous avons souscrit à une carte de crédit! en soit c'est simplement que toute dépense faite avec cette carte est faite à crédit qu'il faut rembourser avant les 21 jours de la date d'anniversaire....autrement on paie des intérêts de près de 20%....ça calme. Heureusement pour les Européens, il existe des moyens d'automatiser le paiement de ce crédit depuis son compte courant. Pourquoi une carte de crédit? prosaiquement car une carte de débit (interac) ne suffit pas à régler certains achats (ex.: achat via internet ou à l'étranger); ensuite car avoir une carte de crédit c'est se constituer un historique de cérdit. En Amérique du Nord bénéficier d'un histoirque de crédit ouvre beaucoup de portes....pour monter une hypothèque dans une perspective d'achat immobilier (bénéficier de meilleurs taux si on honore bien le paiement de ses crédits), pour ouvrir une ligne internet (autrement les opérateurs vous prélèvement 6 mois d'avance), etc.

Et puis nous avons fait la demande d'inscription à la SECU locale dite RAMQ (Régime d'Assurance Maladie du Québec). Malheureusement pour nous nous devrons passer par un délai de carence de 3 mois du fait qu'en tant qu'ex-travailleur frontalier rattaché à la CMU française, je ne pouvais bénéficier contrairement à Sandy et aux enfants d'une lettre d'entente de la sécurité sociale pour passer immédiatement à la RAMQ conformément aux accords bilatéraux sociaux. Merci la SECU: même 6% et bientôt plus (8) de prélèvement sur le revenu de référence ne fait pas du travailleur frontalier un assuré social comme un autre....Et comme notre demande dépend de celui qui a l'emploi nous sommes tous bons pour attendre jusqu'au 1er octobre pour avoir une couverture sociale locale. A suivre!

Bien le bonjour chez vous autres (comme on dit ici'te)

SFDLNE